Pneus intelligents: certains parcs en sont déjà pourvus

Certains parcs en sont déjà pourvus
Les capteurs intégrés dans les pneus surveillent les paramètres clés, tels que la pression et la température, puis les données sont transmises au véhicule et à la solution de télémétrie.

À quand le moment où les entreprises détenant un parc de véhicules pourront savoir, de façon informatisée, combien leur coûtera un pneu pour chaque kilomètre parcouru ?

Nous n’en sommes pas là, mais c’est ce à quoi aspire A. Beaumont Transport, une compagnie de camionnage située à Saint-Augustin-de-Desmaures, dans la région de Québec. Il y a environ deux ans, l’entreprise, qui détient 90 camions et 130 remorques, a fait l’acquisition de la technologie ContiConnect de Continental, qui permet au gestionnaire de parc de connaître en temps réel la température et la pression des pneus de tous ses véhicules, et ce, même lorsqu’ils sont sur la route.

Des pneus intelligents

Concrètement, la technologie de pneus intelligents est connectée à la solution de télémétrie Isaac utilisée par A. Beaumont Transport, permettant aux conducteurs de recevoir des informations pertinentes, par exemple sur l’état de leurs pneus – ceux-ci étant munis de capteurs –, directement sur l’écran de leur tableau de bord.

De son côté, lorsque son système lui signale que l’un des pneus des camions manque d’air ou n’est pas à la température souhaitée, le répartiteur du parc peut envoyer un avertissement au conducteur, qui le reçoit directement sur son écran sous forme d’alarme ou de voyant clignotant. Des indications peuvent également être ajoutées, notamment la recommandation de s’arrêter à la station-service la plus proche.

« En gros, ça nous permet de découvrir les crevaisons plus rapidement, et parfois de les prévenir. On peut faire un entretien préventif plus serré », explique Vincent Beaumont, directeur de parc de A. Beaumont Transport. Ce dernier estime néanmoins que la commercialisation de masse du système sera envisageable quand il sera également en mesure de détecter les roues qui ne tournent pas et la profondeur de la bande de roulement des pneus.

« On n’est pas rendu là, mais on pense que c’est possible d’y arriver d’ici deux ans. Les gestionnaires de parcs attendent ce genre de technologie avec impatience, mais avant de l’adopter, je pense qu’ils souhaitent qu’elle soit vraiment complète, comme un tout-en-un. »

Le coût au kilomètre

Le gestionnaire, en travaillant avec Isaac et Continental, se fixe même pour objectif d’aller plus loin. Ultimement, il espère savoir combien lui coûte chaque pneu au kilomètre parcouru, en emmagasinant de façon électronique toutes les données nécessaires au calcul, du prix à l’achat, jusqu’à l’évolution de l’usure du pneu en fonction de la distance effectuée.

« On peut faire le calcul à la main, mais c’est très long et complexe. Là, on travaille à rendre ça automatisé au moyen d’une puce fixée au pneu qui emmagasinerait toutes les informations importantes, explique M. Beaumont. Mon but, c’est d’un jour être en mesure, en fonction des données recueillies sur un an et de tous ces paramètres, de savoir quelle marque de pneu j’achète en début de saison et laquelle est la plus rentable. »

Si la technologie ContiConnect, pour ne nommer que celle-là, s’adresse aux parcs de camions lourds, notre intervenant estime qu’elle pourrait éventuellement être transposée sur les parcs d’automobiles.

« Ce serait assurément pratique pour les gros parcs, dont les véhicules font beaucoup de kilométrage, notamment des compagnies comme Discount ou Enterprise. »

Répercussions

Selon la firme d’impartition ARI, qui propose de l’assistance et des solutions de gestion de parc aux entreprises, ces dernières, bien qu’elles reconnaissent les avantages des pneus intelligents, doutent que ce genre de technologie soit commercialisée en masse, à un coût raisonnable, avant plusieurs années. « À l’heure actuelle, la plupart des modèles proposés sont limités aux applications de classe 8, et ces pneus sont beaucoup plus dispendieux », note Chris Foster, directeur du département de l’entretien des camions et des équipements d’ARI.

Roger Goudreau, directeur général de la division québécoise de l’AIA Canada, estime pour sa part que l’évolution des pneus intelligents aura certainement une incidence à moyen terme sur l’ensemble de l’industrie des pneus, à commencer par les fournisseurs qui, ultimement, vendront leurs produits en plus petite quantité, puisque l’entretien préventif sera effectué plus régulièrement. Les techniciens en atelier devraient quant à eux se voir attribuer plus de travail.

Paratagez-le !